Histoire

La Forteresse de Polignac est ancrée dans le patrimoine de la région du Velay. Cet édifice millénaire a traversé le temps et les époques. Il reste aujourd’hui le témoin d’une histoire riche et mouvementée.

Située à 5 km au Nord-Ouest de la ville du Puy-en-Velay, la Forteresse trône sur une butte volcanique, cernée par des falaises escarpées. Le choix d’un tel site n’est pas anodin, il confère à la forteresse un premier élément de défense unique.

Ce rocher résulte de la rencontre entre l’eau qui recouvrait le bassin du Puy en Velay il y a environ 3 millions d’années, et la lave issue des éruptions volcaniques.

La pierre qui constitue le rocher est un matériau facile à tailler, ce qui n’a pas échappé aux premiers seigneurs lors de la construction de la Forteresse.

Au Xème siècle, le rocher accueillait des bâtiments en bois utilisés pour défendre l’entrée Nord-Ouest de la ville du Puy-en-Velay. C’est à la fin du XIème siècle que les vicomtes Armand s’emparent du lieu et prennent le nom du village, Polignac. Petit à petit la Forteresse va s’élever et demeurer l’allégorie de la puissance des Seigneurs de Polignac.

La Forteresse appartient à la famille de Polignac depuis près de 1000 ans. Les différents seigneurs ont marqué non seulement l’Histoire du Velay mais aussi l’Histoire de France.

Vous vous demandez à quoi ressemblait la Forteresse au Moyen-Âge ? Jetez un œil à la maquette exposée à l’Hôtel-Dieu du Puy-en-Velay :

Retour sur les moments clés dans l’Histoire des Polignac

  • 1098
    Héracle Ier de Polignac, premier seigneur, prend part à la Première Croisade en Terre Sainte et trouve la mort la même année.
  • XIIème et XIIIème siècle
    Les seigneurs de Polignac – vicomtes du Velay – s’élèvent contre l’Evêque du Puy, alors investi des charges comtales. Une rivalité intense se dresse entre les Polignac et le puissant chef religieux, ce qui occasionne de violentes luttes pour le pouvoir.
  • Fin du XIIIème et XIVème siècle
    Les relations s’apaisent et la puissance de la famille de Polignac ne cesse de s’accroître. Occupant la place de premiers barons suite à une union maritale avec la famille de Chalencon, ils siègent à l’institution des Etats du Velay.
  • La Guerre de Cent Ans
    La célèbre bataille contre les Anglais renforce la renommée de la famille grâce à Randan Armand X qui débarrasse le Velay des ennemis. A cette occasion, la Forteresse prend une toute nouvelle importance dans la défense de la région. Entre 1385 et 1421, la construction de l’imposant Donjon de 32 mètres de haut, atteste de la toute-puissance des Polignac.
  • 1467
    La soif de pouvoir des Polignac est freinée cette année-là par l’intervention du roi Louis XI. Ce dernier punit sévèrement la famille de Polignac. La Forteresse est confisquée et le vicomte est emprisonné brièvement, en cause, son adhésion à la Ligue de Bien Public. La famille de Polignac est alors soumise à l’autorité royale.
  • Fin du XVème – début du XVIème siècle
    La troisième demeure des Polignac – la Vicomté – voit le jour au sein de la Forteresse. Cette dernière est plus modeste mais beaucoup plus confortable et décorée de manière plus moderne.
  • 1533
    Cette année est marquée par une visite prestigieuse, celle du roi François Ier. Ce dernier, en route pour la ville du Puy-en-Velay, fait une halte par la Forteresse de Polignac. Il y est accueilli en grande pompe. La vue époustouflante qu’offre la Forteresse sur toute la région du Velay et ses monts conduit le roi à surnommer les Polignac « Les Rois des Montagnes ».
  • Guerres de Religion – fin XVIème
    Bien que la Forteresse commence à être délaissée par la famille au profit du château plus confortable de Lavoûte-sur-Loire, elle n’en perd pas moins son rôle militaire décisif. La Forteresse devient chef-lieu des Royalistes et s’oppose aux Ligueurs du Puy, farouches défenseurs du catholicisme et opposants au Roi Henri IV, d’origine protestante.

  • Le siècle des Lumières
    Le XVIIème siècle marque l’abandon de la Forteresse pour le château de Lavoûte-sur-Loire. Par la suite, les Polignac, intimes de la Cour, s’installent à Versailles. Ils bénéficient des faveurs du Roi, occupent des fonctions prestigieuses et se voient nommés Marquis en 1614.
  • XVIIIème siècle 
    La famille de Polignac vit toujours à Versailles et Jules Armand XXIII obtient le titre de Duc par Louis XVI en 1780, il est le premier Duc de Polignac. Sa femme, Yolande de Polastron, première Duchesse de Polignac, est une amie intime de la reine Marie-Antoinette.
  • A la Révolution 
    La proximité avec la famille royale n’augure rien de bon pour les Polignac. Louis XVI les somme alors de s’exiler. La Forteresse de Polignac est ensuite confisquée puis vendue comme Bien Nationale.
  • 1820 
    Jules de Polignac, fils de Jules Armand XXIII et de Yolande de Polastron, se voit offrir le titre honorifique de prince romain par le Pape.
  • 1830
    Le Prince Jules de Polignac rachète la Forteresse.
  • 1840
    La Forteresse de Polignac est inscrite sur la première liste des Monuments Historiques par Prosper Mérimée.
  • Fin du XIXème siècle 
    Après avoir contracté une alliance avec la famille Pommery, héritière des champagnes Pommery, les Polignac peuvent enfin financer des travaux de restauration au sein de la Forteresse qui seront poursuivis au XXème siècle.
  • 1920
    De nombreux mariages avec des familles puissantes de la région du Velay et de France comme la famille Singer ou Pommery ont vu le jour au sein de la famille des Polignac. Cette année 1920 marque la célébration d’une union princière. En effet, le Comte Pierre de Polignac, petit-fils du Prince Jules de Polignac, épouse Charlotte Grimaldi. Etant la seule héritière de la famille royale de Monaco, elle n’était pas en droit de régner. Le comte Pierre de Polignac accède donc au titre de Prince de Monaco. De leur union naîtra le Prince Rainier, père du Prince Albert, actuel souverain de la principauté de Monaco.

Zoom sur les figures les plus emblématiques de la famille des Polignac

 Le Cardinal Melchior de Polignac
(1661 – 1741)

Né à Lavoûte-sur-Loire en 1661, Melchior de Polignac va apparaître comme une des figures emblématiques de la famille des Polignac. Etudiant en théologie à Paris, il est vite remarqué grâce à son intelligence et son ascension sociale fulgurante. D’abord mandaté en tant qu’ambassadeur en Pologne par le roi Louis XIV en 1693, il revient à la cour en 1701. Il écrit un traité philosophique qui sera considéré comme l’œuvre de sa vie. Il sera admis à l’Académie Française en 1704.

Son titre de Cardinal lui sera conféré en 1713.

Yolande de Polastron
(1749 – 1793)

Née en 1749 à Paris, Yolande de Polastron, également connue sous le nom de Gabrielle de Polignac, épouse  Armand XXII de Polignac en 1767.

En 1775, invitée à un bal donné à Versailles, sa beauté subjugue la reine Marie-Antoinette. Yolande de Polastron devient une amie intime de la reine et la gouvernante de ses enfants.

Suite à la révolution, elle s’exile en Autriche, à Vienne. Malade et anéantie par la mort de Marie Antoinette, elle décède en 1793.

Diane de Polignac
(1882 – 1974)

Née en 1882, elle est la fille de Guy de Polignac et de Louise Pommery. Elle épouse son cousin Henry de Polignac qui meurt au combat en 1915.

Après la mort de son mari, elle voue sa vie à aider son prochain. Ainsi, elle va travailler dans différents hôpitaux et devient présidente de la Croix-Rouge Française de Reims.

Au cours de la seconde guerre mondiale, elle dirige les centres de blessés de Reims.

Elle est également la co-fondatrice et la présidente de l’œuvre nationale de l’Ossuaire de Douamont.